17/01/2007

Shawnee et son moulin à vent

 
moulin1

Il était une fois, une petite fille adorable, qui répondait au doux prénom exotique de Shawnee. Elle vivait dans la région des vastes étendues plates du Nord, des régions fertiles conquises par l’homme sur la mer et des moulins à vent.
Tout proche de sa maison, dominant de sa superbe le paysage, un moulin à vent faisait tourner ses ailes sans relâche adaptant sa vélocité au gré de la force des vents et drainant ainsi l’eau d’un vaste polder.
Emerveillée, elle le regardait par la fenêtre de sa chambre.
Souvent, en cachette de sa mère, elle partait s’asseoir au pied de son moulin à vent dont elle pensait qu’il était à elle, toute seule.
Chaque jour, elle restait là, longtemps, les yeux fermés, à écouter le bruit du vent qui s’engouffrait dans les toiles tendues des « pâles » du moulin.
Elle avait l’impression qu’il lui parlait, lui racontait des histoires, lui parlait d’amour, de beauté et de fleurs.
Elle écoutait attentivement son doux murmure.
Revenant difficilement de sa flânerie, elle rentrait à la maison l’âme remplie de rêves d’enfants et de ces mots qui résonnaient en elle comme une douce mélodie.
Par grand vent, le murmure devenait un grand cri d’amour…
Par légère brise, le moulin lui parlait de douceur, de lever et de coucher de soleil, d’étoiles dans le ciel, parfois même filantes, de petits êtres fantastiques cachés dans les bois, de pays lointains et colorés, de routes vers le soleil, l’échelle vers la lune…
Un jour qu’elle était restée absente plus longtemps qu’à l’accoutumée, sa mère s’inquiéta.
A son retour, elle lui demanda :
- Ma chérie, pourquoi restes-tu si longtemps assise, les yeux fermés, près du moulin à vent ? Pourquoi ne joues-tu pas avec tes jouets ? Avec tes frères ?
- Parce que le moulin à vent me raconte des histoires et m’a dit qu’il m’aimait.
- Mais ma chérie, ce que tu écoutes, ce n’est que du vent.
- Mais non, maman, il m’a dit que j’étais son seul cœur. Il dit exactement ce que j’ai envie d’entendre. C’est un très gentil moulin à vent, personne ne parle mieux d’amour que lui, tu sais, maman.
- Je crois que tu vas être malade si tu continues à écouter les courants d’air.
- Tu crois cela, maman ?
- Oui, ma chérie, tu ferais bien d’arrêter cela. Il n’a qu’à braser du vent tout seul.
Je comprends que tu sois tentée de l'écouter. Nous sommes dans une région où il y beaucoup de moulins à vent qui brassent beaucoup d'air... Mais moi, je t’aime et ce n’est pas du vent.
Et je peux te raconter toutes les histoires tu veux, même les plus magiques qui soient.
- Mais tu n’es pas un moulin à vent, toi !
- Je suis bien mieux que cela, je suis ta maman. Il te reste à lui souhaiter bon vent à ton moulin à vent…
- Si tu veux, maman,
- Les moulins à vent ne sont et seront jamais que des moulins à vent, ma chérie…
- Je ne comprends pas bien ce que tu veux dire, maman.
- Tu comprendras plus tard…

 

Commentaires

Mais.... De temps en temps c'est agréable de se laisser aller à rêver...et de se laisser emporter....bientôt sur mon blog tu verras une vue de Venise la nuit...si ça c'est pas du rêve....(lol)
A bientôt
PS : tes écrits sont toujours formidablement mis en forme. As-tu déjà songé à des textes plus longs ?

Écrit par : Alexandre | 17/01/2007

Coucou,
Magnifique moment de rêverie!!! J'aime beaucoup!
Bisous
Pascale

Écrit par : Pascoralt | 17/01/2007

j aime cette histoire

Écrit par : jn baptiste jennifer | 21/03/2013

Les commentaires sont fermés.