30/01/2007

La tour de Babel

 

babel4

Si tu as existé,

Pour la terre et le ciel relier,

Quelle serait plus belle destinée,

Pour Babel, prestigieuse alliée,

Que de nous laisser gravir un par un tes paliers,

Avec autant de lenteur, patience et douceur,

Avant la course finale vers le ciel...

 

 

Commentaires

et... Dans l’intimité de l’ombre du prunier de son jardin
Elle écoute le murmure du chant des oiseaux insouciants.
Ils lui disent d’aller où son cœur la mène, loin
Très loin, de remonter leur vol en suivant le vent.

Écrit par : Alexandre | 31/01/2007

Les commentaires sont fermés.