10/02/2007

Les couleurs des sentiments

 

316074778_a712be9b51_m

Il était une fois, un grand peintre, artiste et poète à la fois, qui d’une troublante façon,  jonglait avec une grandiose palette de sentiments et de couleurs au point qu’à chaque instant, il en inventait de nouvelles, toujours plus intenses et sensuelles, inconnues jusqu’alors et toujours intimement liées à ses émotions.

A l’aide de fins couteaux, de ses longs doigts, de plumes délicates, de pinceaux soyeux à doux crins, il peignait ses multiples rêves.

Souvent, il rêvait même éveillé car il dormait très peu.

Ses toiles ressemblaient à ses « grands rêves »; ceux qui l’emportaient quand il était enfant, qui éblouirent son âme adolescent et qui l’obsèdaient maintenant qu’il était homme.

Chaque toile ouvrait un lieu de passage qui invitait chacun à y entrer…

Comme des offrandes en partage, une main tendue pour s’y promener, peut-être s’y perdre, assurément délicieusement s’y noyer, et sans relâche explorer son univers imaginaire, ses toiles fascinaient bien des gens…

Les femmes, surtout, étaient touchées par l’érotisme caché qu’elles dégageaient, par la profonde sensibilité qu’elles y décelaient et par le mystère de leurs interprétations…

Au début de sa vie d’artiste, il peignait l’ocre des villes du Sud à travers les ruelles sinueuses de contrées lointaines qui pourraient être proches de l’Alhambra, résidence des rois maures à Grenade ou plus loin encore…

Il peignit sa solitude aussi…une petite maison aux douces couleurs au fond d’un grand jardin.

Sarah se souvint alors, quand pour la première fois, elle vit ce tableau au détour d’un chemin, qu’elle avait peint le même étant jeune, pas aussi beau, mais aussi une maison au fond d’un grand jardin avec une barque en plus pour pouvoir partir et chaque fois revenir…

Elle vit ce tableau et se dit : « C’est ma maison, celle qui est en moi…elle est exactement comme celle-là. Comment a-t-il fait pour la peindre exactement comme je l’imagine ? » «  tu intitules ce tableau « solitude » mais tu n’y es pas seul, j’y suis aussi, puisque c’est la mienne »

Plus tard, il commença à peindre des abstractions encore plus proches de ses émotions.

Elle contempla longtemps tous les tableaux qu’elle vit de lui.

Sa sensibilité était si puissante que Sarah vibrait au point de ressentir elle aussi l’émotion du peintre.

La nuit, elle pensait à lui et rêvait que son corps à elle était sa toile à lui et qu’elle frissonnait sous ses doux coups de pinceau.

Le jour, elle se voyait modèle, nue devant lui, faisant monter le désir en lui, tout doucement, subtilement…très secrètement.

C’est beau d’avoir 20 ans…tout le temps…

Commentaires

J'aime vraiment beaucoup ta façon d'écrire.
20 ans, quel âge merveilleux! Un âge où l'ont croit tout savoir alors que l'on ne sait rien. Je chérirai toujours cette période de ma vie où j'ai eu 20 ans. La jeunesse de coeur et d'esprit est très importante pour moi. Je crois d'ailleurs que, pour ce qui est du coeur, je n'ai pas encore eu 20 ans, peut-être même pas 15.
Cet Alexandre a l'air de prendre une place importante dans ce que tu écris. Puisse-t-il encore longtemps t'inspirer.
Bonne soirée ou nuit, à bientôt

Écrit par : Kardream | 10/02/2007

à kardream Merci à toi pour ce charmant commentaire.
Tes écrits me plaisent également beaucoup...
Belle journée à toi.
Sashana

Écrit par : sashana | 11/02/2007

Puis-je ajouter ton blog à mes liens?
Belle journée à toi aussi

Écrit par : Kardream | 11/02/2007

à Kardream ok chouette, je le ferai aussi si tu es d'accord ?
bises
sashana

Écrit par : sashana | 11/02/2007

D'accord Merci
Bisous

Écrit par : Kardream | 11/02/2007

Tu es une éternelle romantique!
Que j'aimerai vibrer sous ses pinceaux et me trouver divine dans son regard...
Bisous rêveurs

Écrit par : Pascale | 11/02/2007

Les commentaires sont fermés.