13/07/2007

Le goût du danger

 
chichen itza

J’adore gravir une pyramide maya, même si les marches y sont à moitié bancales.
Cela prouve l’authenticité de l’édifice et surtout me donne ce sentiment de m’imprégner en profondeur de l’histoire de ce peuple.
A la fois cruel mais de grand savoir ancestral.
Pour quelques instants, j’ai cette impression sublime de revenir en l’an 800, date où cette construction a été érigée.
Mon cerveau fonctionne alors comme une machine à remonter le temps. 
Je l’imagine là, le grand prêtre à la coiffe majestueuse sertie de plumes et de pierres précieuses, devant moi, au sommet de la pyramide, devant son temple, qu’il me proposera sans aucun doute de me faire visiter.
Cette ascension agrémente mon goût du risque, de l’étonnement et je dois bien avouer que plus la pente est raide, plus j’ai l’impression d’avoir mérité la descente, toute aussi abrupte et pourtant si dangereuse.
A tout moment, une marche peut tomber en lambeaux de poussière mais cela ne m’effraie pas.
Cependant, on ne pourra pas dire que je ne suis pas avertie du danger car la seule vision des crevasses sur les pierres fait apparaître toute la fragilité de l’édifice.
Mais si elle n’était pas aussi dangereuse, l’ascension aurait-elle autant d’attrait ?
Je vois des gens à côté de moi, qui par peur, gravissent la pente à toute vitesse croyant ainsi qu’en « volant » sur les marches, ils vont conjurer la malchance.
Pourtant, la peur décuple le danger et je remarque que malgré cela, ils grimpent quand-même.
Quelques personnes sages et prudentes se contentent de regarder la scène d’en bas et rêvent cependant d’être au sommet de cette pyramide pour y visiter son mystérieux temple et jouir de la vue imprenable sur tout le site de Chichen Itza.
Les plus sages d’entre-eux, dont certains ont la sagesse de l’âge, ne regrettent pas de ne pas être monté, de ne rien avoir vu et savent pourtant bien qu’ils ne reviendront jamais sur ce site.
Ils assument parfaitement leur choix.
Une maîtrise émotionnelle parfaite.
Ce choix binaire, que nous avons tous à faire et ce dans toute chose de la vie ; celui de faire ou de ne pas faire les choses…comme celui d’aimer ou de ne pas aimer…et parfois de souffrir ou de ne pas souffrir…
« Pas de risque, pas de champagne », me dis-je, en souriant dans mon for intérieur.
El Castillo, tel est le nom à consonance espagnole de la pyramide que je termine de gravir d’un pas alerte en ce moment-même.
Astronomiquement parfaite, force est de constater que les quatre escaliers tombant sur ses flancs sont orientés en fonction des quatre points cardinaux.
Des statues de serpent aux pieds des escaliers rappellent qu’elle est dédiée au dieu Kukulcan, le serpent à plumes maya, qui franchement donne à sourire.
Inventifs, astucieux et ingénieux, les mayas ont créé une illusion d’optique qui se produit aux jours d’équinoxe.
Deux fois par an, le soleil projette sur la face nord une ombre ondulant comme un serpent descendant.
Elle s’arrête devant les 2 têtes de serpent.
Par "magie", ces dernières sont ainsi prolongées par le corps d'un serpent.
Jamais dans toute l’histoire, la dévotion aux dieux n’a revêtu une forme aussi originale et imaginative.
Un événement qui fait se déplacer les foules.
Arrivé au sommet, je contemple une vue panoramique de toute beauté.
Une multitude de temples, de tombes côtoient le jeu de balles et l’observatoire.
Je me sens comme Napoléon lorsqu’il est monté sur les pyramides d’Egypte.
Une impression de dominer le monde et d’entrer dans l’histoire me submerge.
Je regarde au loin ; partout une végétation luxuriante se dessine.
Je l’imagine grouillante d’animaux.
A cet instant, je me dis simplement que c’est pour ces moments-là que la vie vaut la peine d’être vécue.

 

Commentaires

J'ai appris il n'y a pas longtemps que les pyramides étaient construites sur le même schéma que les matrioshka, c'est à dire que sous la pyramide extérieure, il y a plusieurs autres pyramides construites les unes sur les autres. Cela ne fait que renforcer la fascination que les civilisations mayas, incas et aztèques exercent sur moi.
Bon week-end, bisous

Écrit par : Kardream | 14/07/2007

à Kardream coucou douce Kardream, j'ai lu cela aussi (que les pyramides se superposent)...elles sont fascinantes en effet...si seulement nous pouvions remonter le temps...bisous et bon week-end à toi...

Écrit par : sashana | 15/07/2007

Les commentaires sont fermés.