02/04/2015

Où vont les anges ?

amour,ange,où vont les anges,sashana,roman

C’est juste… qu’il arrivait à la jeune Tifanie de sourire ou d’adresser la parole à des personnes inconnues.

Naturellement proche des gens et spontanée, cela lui venait naturellement.

De temps à autre, elle se ravisait parce que cela pouvait être mal interprété.

La norme dans les pays froids n’est pas de s’adresser aux autres comme si on les connaissait déjà.

Elle était intimement convaincue que les humains forment tous une grande famille.

Pour elle, une interdépendance d’ordre spirituel et énergétique unissait chacun des êtres vivants qui peuplent notre ravissante et intéressante planète.

Elle se disait : 

« En fait, on est tous dans le même bateau et ce bateau c’est la terre…

Notre intérêt est que tout s’y passe pour le mieux.

Lorsqu’une partie du vivant va mal, elle contamine le reste du vivant.

Heureusement, lorsqu’une partie va bien, elle projette son harmonie sur le reste du monde aussi… »

 

Un jour, lors d’une soirée entre amis, s’agit à côté d’elle une femme aux bleus yeux clairs nommée Clarence.

Elles commencèrent à faire rapidement connaissance.

En lui parlant droit dans les yeux, d’âme à âme, Tifanie se rendit compte que les yeux de Clarence étaient légèrement vitreux.

Cette dernière se vantait de ses qualités exceptionnelles de clairvoyance.

Cela intriguait Tifanie qui s’intéressait à tout et à rien.

Le regard translucide de Clarence faisait penser à un de ces devins qui savent lire l’avenir dans les entrailles des animaux, dans les runes, les cartes, les signes.

Tifanie se disait que Clarence ressemblait bien à ce qu’elle disait être.

A la fin de la soirée, fatiguées, elles se saluèrent.

Juste avant de partir et de disparaître Clarence lança à Tifanie :

« Tu ne dois pas aller là où même les anges n’iraient pas »

 

Cette phrase résonnait encore et encore dans la tête de Tifanie.

Qu’est ce que cela veut dire exactement ?

Où sont et vont les anges ?

Où ne vont-ils absolument pas ?

Peuvent-ils être partout ?

Et où elle, qui a une vie simple, calme et heureuse ne doit-elle pas aller ?

Instinctivement, elle aimait croire à l’existence des anges.

Ils se confondaient avec une intelligence divine unique qui crée la nature, l’univers, les mondes…

Elle n’avait pas besoin de représentation matérielle.

Si elle devait en donner une, les anges seraient une bien belle image symbolique.

Les artistes ont peint leur douce bienveillance avec tant de tendresse.

Elle réfléchit longtemps et se mit à penser que les anges vont là où on les appelle, comme un soutien très subtil et discret…mais elle ne sut répondre à toutes ses interrogations.

Un beau jour, elle croisa le regard de Rafaël, un bel homme au doux regard…

...se demanda si c'est vers lui qu'elle ne devait pas aller...

...et s'il était un ange...

 

Photo du haut : Tanaka Juuyoh.

Les commentaires sont fermés.